engagez-vous avec place publique

Place publique est un mouvement politique citoyen qui entend se saisir de chaque échéance électorale pour que justice sociale et justice écologique deviennent indissociables. Ce mouvement ne se fera pas sans vous. Rejoignez-nous.

rejoindre le mouvement

Nos élus

Les Européennes de 2019 ont constitué une première étape et un premier succès pour Place publique, seulement quelques mois après sa création.
À présent, les deux eurodéputés Place publique, Aurore Lalucq et Raphaël Glucksmann portent activement les valeurs et les engagements du mouvement au sein des instances européennes.

Raphaël Glucksmann
Eurodéputé Place publique.

Raphaël Glucksmann porte notamment la cause des migrants et plus généralement des minorités opprimées. Parfaitement en ligne avec les valeurs humanistes du mouvement, il n’a de cesse de batailler pour défendre les peuples et les individus en danger face aux guerres, aux dictatures et à la pauvreté. Expulsions du territoire français d’étrangers en danger dans leur pays (par exemple dans le cas de Samira), migrants en Méditerranée, Ouïghours en Chine, Kurdes au Moyen-Orient, etc. : il est de notre devoir de se soucier et d’agir pour ses populations en détresse. Cela passe non seulement par une médiatisation de ces drames, mais surtout par des actions politiques concrètes, comme la défense du Droit de Sauver au Parlement européen.

Aurore Lalucq
Eurodéputée Place publique.

Aurore Lalucq porte haut l’idée d’un Green New Deal. Comme son nom l’indique, ce projet fait référence au New Deal des années 1930, mais l’adapte aux enjeux de notre temps. Il nous paraît nécessaire de renoncer à l’Europe du seul développement économique, de la logique purement comptable, pour entrer dans une phase nouvelle : celle du bien-être humain via des investissements massifs dans le développement durable. De tels investissements auront un effet bénéfique à court, moyen et long termes, en générant des emplois non délocalisables, en préservant durablement l’environnement.

Place publique adopte une démarche de rassemblement à l’occasion des municipales.

Place publique n’a pas souhaité passer d’accords de partis au niveau national. Tout au contraire, les stratégies d’alliance sont définies en fonction de chaque contexte local, après rencontres avec l’ensemble des forces politiques et citoyennes de la gauche écologiste, sociale et démocratique.
Les choix d’union et de soutien à des listes font l’objet de décisions démocratiques des adhérents localement.
Les rassemblements s’organisent autour de valeurs communes et de projets politiques partagés, co-construits avec les forces vives des territoires un peu partout en France. Place publique souhaite faire passer le projet avant le personnel politique et renouveler les pratiques politiques, notamment autour de la co-construction et de l’éthique.
Elle pousse également des thèmes qui constituent son ADN : la démocratie locale, la solidarité envers les exclus et en particulier les migrants, la cohésion des territoires, l’écologie sociale…

L’alliance des 4 urgences : démocratie, écologie, social et Europe

Place publique, dès son lancement, s’est positionnée comme un parti de gauche aux valeurs claires et différenciées : social-écologie, démocratie participative, rassemblement.

Social-écologie

La social-écologie est l’alliance de la justice sociale et du devoir de préservation de l’environnement et du vivant.
Place publique refuse d’opposer humanisme et écologisme et considère qu’il est au contraire indispensable de concilier les deux, pour préparer un avenir meilleur.

Démocratie participative

Place publique croit et œuvre en faveur d’une « démocratie construction », qui soit continue, réelle et effective, comme l’incarne un maire comme Jo Spiegel dans sa ville de Kingersheim. Celle-ci suppose certains prérequis :
- Mettre fin à une démocratie intermittente qui se limite à un vote dans les urnes tous les 5 à 6 ans,
- Associer les citoyens au processus de décision pour coproduire l’intérêt général,
- Dépasser les individus au profit du bien commun, favoriser le passage du "je" au "nous", et susciter l’intelligence collective tout en encourageant le pouvoir d’agir des citoyens. L’élection n’est en définitive que le passeport d’une démocratie continue.

Rassemblement

Pour Place publique, le rassemblement de la gauche est incontournable. Nous croyons que les différentes forces de gauche ont plus de points communs que de divergences.
Nous pensons qu’il est possible de nous allier pour remporter des succès électoraux et ainsi mettre en œuvre un nouveau projet de société. Nous ne sommes pas condamnés au duel mortifère entre LREM et le RN.

Ces axes sont la colonne vertébrale de Place publique et ils sont présents dans tous les combats du mouvement.