Mercredi 27 mars

PESTICIDES : la majorité En Marche arrière

Scandale ! La majorité En Marche à l’Assemblée nationale tricote un jour, détricote l’autre. Alors qu’a lieu la « Semaine Pour les Alternatives aux Pesticides », les parlementaires ont discrètement fait adopter le 15 mars un amendement reportant à 2025 l’interdiction de produire, stocker et vendre à d’autres pays des pesticides pourtant interdits dans l’Union européenne. Ce vote, intervenu dans la loi PACTE pour la croissance et la transformation des entreprises vient donc défaire la loi EGalim pour l’agriculture et l’alimentation, votée en 2018 et qui prévoyait une interdiction en 2022. Place Publique dénonce ce recul démocratique et écologique terrifiant. Terrifiant tant les enjeux sanitaires et écologiques liés à l’utilisation des pesticides sont immenses. Terrifiant compte tenu de la facilité avec laquelle cette majorité peut céder au moindre chantage à l’emploi des entreprises concernées…

Sujet malheureusement peu médiatisé, il n’en est pas moins révélateur d’un profond cynisme aux airs néo-colonialistes. Car si l’Union européenne interdit régulièrement sur son territoire des pesticides dont la dangerosité est scientifiquement avérée pour les êtres vivants, les sols, l’eau, certains pays dont la France n’ont jamais cessé de les produire pour les vendre à des pays tiers. Un poison en Europe n’en serait donc pas un en Asie, en Afrique, en Amérique latine ? Une question à poser à Bercy, le ministère de l’économie, qui a milité pour que l’amendement reçoive la bénédiction du gouvernement dans l’Hémicycle.

Place Publique rappelle l’urgence de replacer les valeurs humanistes, écologistes et universelles au sein de nos institutions. De prendre soin du vivant et de la santé de nos concitoyennes et concitoyens, en Europe, en France et dans le monde. Tout est lié. La sortie des pesticides doit être urgemment planifiée à l’échelle communautaire, en accompagnant les agriculteurs et les agricultrices - premières victimes des pesticides - dans cette transition via des rémunérations justes. Les solutions existent et l’essor de l’agriculture biologique partout en Europe en est la preuve. Si nous la soutenons à la hauteur de ses besoins, cette agriculture créera d’ailleurs plus d’emplois que des usines de production de pesticides.

Place Publique se battra à tous les niveaux :

  • pour que l’interdiction de vendre à d’autres pays des pesticides interdits en Europe s’applique à toutes les entreprises européennes,
  • pour une Politique Agricole Commune dont les financements sont conditionnés à des pratiques respectueuses de l’environnement,
  • pour accompagner les agricultrices et les agriculteurs vers l’arrêt progressif complet des pesticides de synthèse,
  • pour soutenir la recherche de solutions agroécologiques pour tous les systèmes agricoles.

Place Publique dénoncera l’influence des lobbies à toutes les étapes de la procédure européenne d'homologation et d’autorisation de mise sur le marché des pesticides, et nous défendrons une expertise publique et indépendante.
Il n’est plus possible de laisser ainsi les intérêts privés capturer les décisions qui touchent à nos biens communs : notre santé, notre planète, et nos démocraties !

Rejoignez #Placepublique pour que ces idées soient enfin portées au Parlement européen.
Plus d’excuses !